TOUT SAVOIR SUR LES ECOBUAGES AU PAYS BASQUE, ET AILLEURS, EN CE MOMENT UN SEUL : KASU

Avant de créer une polémique, il n'est pas question ici de savoir si les écobuages sont bons ou néfastes. Je ne suis pas là pour juger ou prendre parti, même si j'ai mon avis. Le sujet est plus que sensible, chez nous au Pays Basque, entre les adeptes et les antis. Cet article est là afin d'expliquer les risques et le dangers, donner des conseils  pour continuer votre passion en montagne durant cette période.


 Avant de commencer, qu'est ce que c'est exactement un feu pastoral ? 

Appelé écobuage, c'est une technique agricole ancestrale appelée aussi "débroussaillement par le feu". Le terme désigne un travail du sol consistant à un arrachage de la végétation (strate herbacée), et de la couche superficielle de l'humus, au moyen d'une « écobue » (outil tranchant proche de la pelle et de la houe). Puis une incinération (autrefois en petits tas ou en piles de mottes) de ces éléments, suivi d'un épandage des cendres sur le terrain, afin de l'enrichir en éléments nutritifs.

En résumé, de nos jours ce brûlage pastoral est une technique d’entretien et de régénération des pâturages, utilisant le feu courant sur un espace défini durant la période de repos végétatif (fin automne, hiver, début printemps selon le climat). Il concerne uniquement la partie aérienne de la végétation. Au Pays Basque et dans le Béarn cela commence le 15 octobre pour finir le 31 mars, voire le 30 avril. En France, l'écobuage est pratiqué principalement dans les zones montagneuses ou accidentées. Ce sont donc des zones difficiles à entretenir du fait de leurs situations. Cette pratique se fait dans les Pyrénées depuis des siècles. 

 


Les bienfaits des écobuages

  • Contrôler les « refus »,  c'est la strate herbacée sèche ou morte, et la strate arbustive envahissante,
  • Renouveler et diversifier les ressources pastorales, herbes et arbustes, dans le temps et dans l’espace,
  • Favoriser l’accessibilité à la ressource pastorale, son appétence et sa préciosité,
  • Contrôler les parasites externes, comme les tiques, des troupeaux,
  • Réduire, s'il est bien contrôlé, les risques naturels : incendies par la réduction de biomasse combustible / avalanches stabilisation du manteau neigeux par la réduction du couvert végétal et combinaison avec le pâturage, …),
  • "Nettoyer" au meilleur rapport coût/efficacité
  • Contribuer à l’ouverture et au maintien des paysages pastoraux, ainsi qu’à la préservation des habitats d'espèces associés à ces milieux ouverts, comme certains rapaces,
  • Dans certaines régions cela sert à  brûler les broussailles pendant l'hiver, permettant ainsi de réduire les risques d'incendies, au retour des beaux jours,
  • Rendre les chemins de randonnées plus accessibles,
  • Les montagnes sont plus jolies, plus vertes en été.
 

Les inconvénients de l'écobuage

  • Gêne la protection et le repeuplement du gibier
  • Détruit une partie de la biodiversité incapable de fuir (mollusques, insectes lents, larves...,
  • S'il est répété tous les ans, peut porter atteinte au maintien de l'équilibre biologique,
  • Mal utilisé, il dégrade les sols,
  • Favorise l'invasivité de certaines plantes, dont certaines produisent alors des phénotypes riches en silice. Ce qui les rendent moins appétentes pour les moutons ou d'autres herbivores,
  • Mal maîtrisé cela peut dégénérer en incendie,
  • Pollution par émission de dioxine, furanes,  le dioxyde de carbone (CO2), le monoxyde de carbone (CO), des composés organiques volatils et semi-volatils, des particules, des oxydes d'azote (NOx), et bien d'autres.
  • Pollution par émission de particules fines, dans certaines configurations météorologiques. Brûler 50 kg de végétaux émet autant de particules qu’une voiture à moteur Diesel récente qui parcourt 13000 km,
  • Brûle les arbres,
  • Peut tuer des animaux, comme les vaches, chevaux qui ne peuvent échapper aux flammes,
  • Les montagnes sont mortes, noires et sèches durant plusieurs semaines. 

Vous avez déjà peut-être votre avis sur cette technique, ou alors vous les découvrez. Quoiqu'il en soit il faut absolument ne pas négliger ces feux "pastoraux", que vous soyez traileur ou simple randonneur. Dans ce cas précis, les écobuages ne peuvent être que néfastes pour vous, pendant ces périodes.

Même si les écobuages sont soumis à autorisation, en montagne les conditions météorologiques peuvent vite changer. Le vent peut aggraver la situation en provoquant un incendie, qui peut rapidement devenir incontrôlable. Dans certains cas isolés, les feux sont allumé sans aucune autorisation. 
Mais l'issue peut-être dramatique, voici quelques exemples dans le sud ouest, qui restent heureusement extrêmement rares :
  • Le week-end du 20 et 21 février, il y a donc quelques jours, cela s'est malheureusement passé sur le massif de la mythique Rhune, chez nous, au Pays Basque. 1500 hectares partis en fumée, avec des dizaines d'animaux morts ou brulés. Une enquête est en cours pour déterminée ce qui s'est vraiment passé, car les écobuages étaient interdits à ce moment. Cela serait dû à un écobuage non déclaré, et à un incendie volontaire, pour l'autre départ.
  • En février 2020 à Chambon, dans le nord du Gars, un homme de 82 ans est retrouvé décédé au milieu de 3000 m² brulés,
  • Le 10 février 2000, 5 personnes décèdent et 3 autres sont grièvement brulés à Esterençuby. Ils faisaient parti d'un club alpin et circulaient sur le GR10. Cet écobuage avait été fait sans autorisation préalable, et ne respectait pas les règles établies,
  • En Janvier 2002, sur le col d'Ahusquy, une personne de 70 ans décède sur un écobuage, qui avait eu toutes les autorisations.

Côté règlementation

les écobuages sous soumis à des autorisations et des arrêtés préfectoraux. Ils doivent respecter certaines règles venant  : 
  • Des mairies
  • Des préfectures,
  • Des commissions locales écobuage, quand c'est nécessaire. Elles rassemblent les responsables d’écobuage, les élus et toute personne impliquée dans la réalisation des chantiers : ONF, chasseurs, animateurs Natura2000… Les risques sont identifiés, la façon de procéder calée, et le rôle de chacun défini,
  • Selon la zone, de l'ONF,
Le matin de la mise à feu, avant 10h, le responsable doit appeler Le Service Départemental d'Incendie et de Secours ainsi que le maire. Sur chaque écobuages, il faut respecter un nombre minimum de 4 personnes sur place. Ainsi le jour J, tout est mis en œuvre pour que la mise à feu se passe dans les meilleures conditions possibles. 

 
 Préparez votre sortie en amont pendant cette période
 
En prenant l'exemple du Pays Basque : 
- Avant de partir en montagne, consultez le site internet www.jaimelagriculture64.fr (rubrique évènement), afin de savoir si un feu d'écobuage est susceptible d'être réalisé, ceux qui sont en cours ou terminés,
- Sur la route avant votre départ levez les yeux, afin de voir si vous apercevez des flammes, ou de la fumée en direction du sommet que vous souhaitiez gravir,
- Sur place, repérez les panneaux indiquants les feux en cours. Si vous apercevez le panneau ci-dessous, pour votre sécurité, changez votre itinéraire ou renoncez à votre sortie. Ils sont enlevés le soir, quand tout est terminé.

A l'époque le monde agricole était important, les agriculteurs étaient plus nombreux. Sur chaque écobuage, il y avait souvent entre 30 et 40 personnes sur place, les règles étaient respectées. Aujourd'hui les agriculteurs sont moins nombreux, il est donc difficile de gérer à plusieurs. Si un feu devient incontrôlable, impossible de l’arrêter.
De plus c'est comme pour tout, il y a les abus, ceux qui pensent qui sont au dessus des lois, ceux qui allument des feux sans autorisation, qui ne mettent pas les panneaux... Du coup pour vous, impossible de savoir si un feu est en cours.
 
 
MAIS POURQUOI EST-CE DANGEREUX POUR LES UTILISATEURS DES MONTAGNES ?

Je ne parle pas de l'écobuage en général, car en été, les montagnes sont nettoyées grâce à cette pratique. Pour les traileurs et randonneurs les parcours sont plus agréables et propres. Je parle bien de danger LORS de la réalisation de ceux-ci. Mais quels sont les dangers et les risques pour vous ?
 
Le plus grave :
  1. Lors d'un écobuage, on procède à l’allumage par le bas, le feu se déplace vers la partie haute, tout comme les fumées. Il est donc difficile de "s'échapper" du sommet. Et si vous étiez déjà en haut il vous empêchera de descendre.
  2. Forcement les flammes provoquent des brulures internes et externes, mais attention les fumées aussi,
  3. A hautes doses, les fumées peuvent provoquer des intoxications avec des répercutions irréversibles sur votre respiration,
  4. Risque d'étouffement,
  5. Avec le vent, le feu sera toujours plus rapide que vous.
Le plus bénin : 
  1. Lors de votre fuite vous risquez de vous blesser en chutant,
  2. Les écobuages peuvent provoquer des chutes de pierres, ce qui peut aussi être grave,
  3. Vous pouvez être incommodé par les effets de la fumée pendant plusieurs jours.

Plusieurs blessures peuvent donc survenir comme : 
  • Des entorses ou des fractures en courant ou en chutant,
  • Des intoxications avec les inhalations de fumées,
  • Des coups, des traumas crâniens, plus ou moins graves, avec la chute des pierres, ou rochers,
  • Des brulures lors d'un contact avec le feu,
  • Des malaises dus à l'effort en cherchant à fuir le feu,
  • Tous les problèmes pathologiques, liés à une maladie, qui seront déclenchés ou aggravés avec les efforts ou le stress.
 

Dans la réalité, voilà comment cela se passe en ce moment :  
 
En 2020 avec la météo et le COVID, il n'y a pas eu beaucoup d'écobuages. Cette année il y a du retard, énormément de demandes sont faites. La période étant plutôt courte pour réaliser ces feux. Malheureusement, ils sont souvent réalisés sur plusieurs sommets en même temps. Par exemple, la dernière semaine de février, 600 autorisations ont été accepté, dont 235 le jeudi... seulement 2 ont dérapé.
Pour éviter tous les risques, mieux vaut éviter de courir ou randonner lors des écobuages. A titre personnel, la semaine dernière j'ai beaucoup roulé, (pour ceux qui connaissent) de Mauléon à Bidarray sur environ 30km. Presque tous les sommets étaient en cours d'écobuages. Les villes de Mauléon, St Just Ibar, Garazi, Lasse, Irouléguy, Baigorry et Badarray étaient sous les fumées, on aurait dit que l'on était dans le brouillard. Il faisait un temps magnifique, et pourtant l'on ne voyait pas trop le ciel. 
D’où le danger pour les traileurs ou randonneurs, même si vous n'êtes pas sur un sommet en feu. Lors de vos sorties, en courant "vous ouvrez les poumons à fond", imaginez la toxicité que vous pouvez inhaler, en une seule sortie. C'est comme si vous fumiez plusieurs cigarettes en courant. Ce n'est pas parce que le feu est loin, que la fumée est légère que vous ne risquez rien !



Si malgré toute votre préparation, vous êtes pris dans un écobuage, quoi faire ?
  1. Restez calme, même si c'est plus facile à dire qu'à faire,
  2. Écartez vous de la fumée, elle présente le risque le plus important sur votre santé,
  3. Ne fuyez pas devant un feu montant, en raison de sa rapidité de propagation : gaz, chaleur, essoufflement...
  4. Si vous n'avez pas le choix, traversez le rideau de flammes, à l'endroit le moins dense, vers la zone déjà brûlée. Au préalable, débarrassez-vous de vos vêtements synthétiques très inflammables comme les pulls et les vestes polaires,
  5. Appelez le 112, le 18 ou tout autres numéros d'urgence. Dans la panique on oublie souvent les numéros importants.
 


Vous connaissez maintenant tout ce qu'il faut savoir sur cette pratique. Comme je vous le disais, les débats sont souvent houleux, car les deux camps, pour et contre ces écobuages, ont chacun leurs arguments, qui sont tout à fait valables. Quel que soit votre point de vue, vous devez garder en mémoire que le feu est toujours dangereux, il vaut mieux éviter de se trouver en face
Les montagnes sont partagées par beaucoup de personnes différentes. Un traileur sera, peut-être, assez rapide pour fuir, passer à travers les broussailles, au dessus des roches, mais un enfant ou une personne plus âgée ?
Que vous soyez en colère ou énervé de ne pas pouvoir pratiquer votre passion, prenez votre mal en patience, vous aurez d'autres occasions.
 
Vous avez toute la vie pour courir sur les sommets, mais vous n'en avez qu'une !  
 
  
Thomas


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

AU REVOIR XANTXO, MAIS PAS ADIEU

QUAND TRAIL ET BONNE ACTION NE FONT QU'UN

Milesker Julien !